« Il y a plus d'Aveyronnais à Paris que dans l'Aveyron »

12:43 |


Fier de ses origines, Jérémy, 26 ans, n'hésite pas à arborer les couleurs l'Aveyron. Plusieurs affiches de son département habillent les murs de son appartement parisien de 35 m2. Dans son immeuble, «L'Oustal [la maison, en patois] des Aveyronnais », il n'y a que des Aveyronnais. En bas de chez lui, c'est l'Auberge aveyronnaise. Sa banque ? La compagnie aveyronnaise de service et de gestion. Jérémy mange et boit aveyronnais.

Arrivé il y a cinq ans à Paris pour finir son école d'ingénieur en environnement, Jérémy a découvert par hasard la Fédération nationale des amicales aveyronnaises. L'association a fait construire un immeuble, rue de l'Aubrac (12e), de 90 appartements exclusivement réservés à des jeunes Aveyronnais, pour un prix inférieur à celui du marché. Légale ou pas, personne ne s'est jamais opposé à cette initiative. « La légende dit qu'il y a plus d'Aveyronnais à Paris que dans l'Aveyron. C'est certain qu'on est plus Aveyronnais ici que là-bas », reconnaît Jérémy, par ailleurs, président des « Rabalaïres », les jeunes Aveyronnais de Paris. Il organise une fois par mois des soirées, goûters ou rassemblements autour d'un match de rugby. « Au début, ça m'a aidé à connaître Paris et des gens. On a même des jeunes qui participent à nos activités et qui sont amis avec des Aveyronnais mais qui n'ont jamais mis un pied en Aveyron. En quelque sorte, ils sont devenus Aveyronnais à Paris », sourit-il. « Ceux qui ne sont pas du pays, c'est vrai qu'on les chambre. De la même façon, quand on redescend, les gens nous traitent de Parigots. »W. M.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Fourni par Blogger.