Le jardin au Maroc, un art de vivre

11:29 |

Dans le cadre de ses expositions temporaires, le musée de l’art de vivre à Marrakech ouvre sa nouvelle saison culturelle avec une exposition consacrée à l’art du jardin au Maroc.

L'homme, depuis sa sédentarisation a travaillé et modifié les paysages. Il a en aussi créé d’autres... Au fil du temps, les techniques agricoles et la diversification des cultures et la création de nouvelles variétés de plantes par des techniques d'hybridations puis l'essor des biotechnologies ont profondément modifié et enrichit la flore et les paysages partout dans le monde. 

Si la création d’un jardin dépend du sol, et du climat elle doit beaucoup aussi au terreau culturel sur lequel elle se développe et à l’époque historique à laquelle elle appartient. Ainsi on pourrait dire qu’un jardin est une synthèse du milieu physique, du cadre naturel, de la géographie, de l’histoire et de la culture. Les jardins sont le reflet des civilisations qui les ont vu naître, ne portent-ils pas les noms des territoires et cultures qui les ont crées : jardins islamiques, jardins andalous, jardins japonais, jardins anglais, jardins à la française…Aussi fragiles soient-ils, les jardins conçus par civilisations et à différentes époques réussissent des fois à traverser le temps et témoigner du géni de leurs époques.

Les jardins de l’Agdal, de Versailles et tant d’autres jardins sont d’excellentes illustrations de la grandeur de leurs concepteurs. Le Maroc, pays carrefour entre la méditerranée et l’atlantique se caractérise par la diversité de ses paysages et de ses climats. Des forêts denses du Rif, aux dunes du Sahara, le visiteur du Maroc découvre différents paysages naturels et cultivés. Grâce à la diversité du climat marocain, le jardinier trouve de nombreuses opportunités pour donner libre cour à son imagination en créant des jardins d’agréments et de rapport. Il arrive, parfois même, que les deux types de jardins co-habitent, se mélangent, fusionnent et créent ainsi une nouvelle forme de jardin.

Les photographes participant à l’exposition, Nourddine Tilsaghani, Hassan Nadim, Abdellah Mahmoudi et Abderrazzak Benchaâbane ont sillonné le royaume et photographier ses jardins publics et privés. Leur objectif est de revendiquer le jardin comme patrimoine écologique et naturel et de mettre en valeur tout un art du vivre en harmonie avec la nature au Maroc.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Fourni par Blogger.