Attaque du cinéma Africart par des islamistes : la vie culturelle tunisienne est-elle en danger ?

09:37 |


Une salle de cinéma saccagée par des intégristes Islamistes

Dimanche 26 juin, l'un des principaux cinémas de Tunis a été attaqué par un groupe de fondamentalistes religieux. Les spectateurs ont été menacés de mort jusque dans la salle. Pour nos Observateurs qui étaient sur place, la menace intégriste pèse chaque jour un peu plus sur la toute nouvelle vie culturelle tunisienne.

  L’attaque est survenue lors d’une manifestation culturelle organisée par l’association Lam Echaml dans le cinéma Africart, situé en plein centre de Tunis. L’évènement, baptisé "Touche pas à mes créateurs", était organisé par ce collectif d’intellectuels et d’artistes pour dénoncer les atteintes à la liberté d’expression dans le pays. Deux films traitant de la laïcité et de la religion devaient être projetés : "En attendant Abou Zayd", du Syrien Mohamed Ali Atassi, et "Ni Allah ni maître", de la Tunisienne Nadia El Fani... 

À la suite de l'incident, le ministère de la Culture a fait savoir dans un communiqué que "la liberté de pensée et de création est l'un des fondements de la société moderne et l'une des revendications de la Révolution glorieuse [de janvier dernier] et de ses nobles valeurs " et que ces violences sont contraires à la religion musulmane et à ses valeurs de  tolérance.

Selon la Constitution, la Tunisie est un pays musulman. Mais sous le régime de Ben Ali, toute forme d’intégrisme religieux était sévèrement réprimé. La Tunisie est aujourd'hui considérée comme l'un des pays les plus progressistes du Maghreb, notamment en matière de droit des femmes.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Fourni par Blogger.