Le Kenya préfère brûler son ivoire que de le laisser aux braconniers

05:24 |


Le pays africain veut envoyer un signal fort aux réseaux de trafiquants qui tuent les éléphants pour en revendre l'ivoire...

Ce sont environ onze millions d’euros qui sont partis en fumée: le président kenyan, Mwai Kibaki, a allumé lui-même le brasier, composé de 335 défenses et 41.000 bibelots d’ivoire saisis par les autorités, pour démontrer la volonté du gouvernement de lutter contre le braconnage des éléphants... 

Des centaines de personnes étaient réunies mercredi pour assister à ce feu symbolique. L’occasion pour le président Kibaki de rappeler que le pays veut éliminer toute forme de commerce illégal de l’ivoire: «Nous pouvons tous mesurer les effets négatifs de ce trafic sur notre économie. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser des réseaux criminels détruire notre futur», a-t-il déclaré.

La Chine, le plus gros acheteur d’ivoire

Une des ONG les plus actives contre le braconnage des pachydermes, Save the elephants, a apprécié le symbole délivré par le gouvernement du Kenya: «C’est un signal clair que l’ivoire vaut beaucoup plus d’argent que ce que l’on voit sur le marché. Nous devons arrêter l’achat d’ivoire si nous voulons arrêter la chasse», pense son fondateur, Iain Douglas-Hamilton. Les premiers à convertir seront les Chinois, acheteurs d’ivoire à bas prix pour sa médecine traditionnelle.

Selon les derniers dénombrements, il resterait environ 500.000 éléphants en Afrique, alors qu’ils étaient 1,3 million dans les années 1970.
— A.C.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Fourni par Blogger.